Son Master en Journalisme et Communication en poche en juin 1995, Muriel Lombaerts travaille d’abord dans la vente puis fonde une société à Louvain-la-Neuve. En 2004, elle revient vers l’une de ses passions : le cinéma. Elle crée le mensuel culturel Entr’Acte pour lequel elle est rédactrice en chef et rédige de nombreuses interviews.

De 2005 à 2012, elle écrit dans différents médias notamment Femmes d’aujourd’hui, hebdomadaire avec lequel elle collabore encore actuellement, tout comme Biotempo ou encore Waw Wallonie Magazine. Elle est chroniqueuse en radio sur Antipode et travaille sur un projet TV qu’elle imagine afin d’aider les producteurs du Brabant wallon à se faire connaître (Zéro Trace).

En mars 2012, elle lance son concept et label de qualité Le vin des Femmes puis, deux ans plus tard celui de La Bière des Femmes. A travers ceux-ci, elle met en lumière le bon goût des femmes et fait découvrir des vigneron.ne.s et brasseurs dont les produits ne sont pas en vente dans la grande distribution.

Véritable « communicante » aux multiples casquettes, elle est à la fois consultante en communication, organisatrice d’événements et journaliste depuis plus de quinze ans. Elle a choisi de promouvoir et soutenir les talents belges, qu’ils soient artisans, restaurateurs, producteurs, vignerons ou brasseurs.

En 2012, vous lancez votre concept et label de qualité « Le vin des Femmes », puis deux ans plus tard celui de « La Bière des Femmes » ; pourquoi avez-vous eu l’envie de créer ces concepts ?

A travers mes rencontres, j’ai acquis de l’expérience dans le monde de la gastronomie. Très rapidement, je me suis intéressée également au vin. J’ai constaté que souvent, par « tradition », au restaurant, la dégustation n’était pas confiée aux femmes. Pire, elles n’étaient parfois pas consultées à ce sujet... Les clichés circulent aussi encore trop souvent : les femmes préfèrent le rosé, elles aiment le vin doux ou les bières sucrées. En réalité, les « amatrices » apprécient avant tout un vin ou une bière de qualité, qui a du caractère. Les femmes s’intéressent aussi à l’accord met-vin/bière et elles choisissent elles-mêmes le breuvage qui accompagne le repas, chez le caviste ou au restaurant ! Fille d’un papa épicurien et d’une maman commerçante, j’ai très vite eu envie de défendre les restaurateurs, les producteurs, les artisans, les vigneron.ne.s et les brasseurs.

En 2012, alors que j’ai eu l’occasion de prendre part à de nombreuses dégustations aux côtés de professionnels, suivre des ateliers et un écolage auprès d’un ami restaurateur, celui-ci me confie la sélection des vins de sa carte de suggestions. Il la trouve excellente ! En plaisantant, je lui lance l’idée de nommer ma sélection à la carte, le « choix de Muriel ». Finalement, j’opte pour Le vin des Femmes. Deux ans plus tard, suite à une discussion avec le patron du Délirium café pour lequel j’étais attachée de presse, j’ai le souhait de lancer La Bière des Femmes afin de promouvoir les brasseries artisanales. J’aime beaucoup le vin mais la Belgique est aussi -et depuis longtemps- « le » pays de la bière ! »

Comment ces deux concepts sont-ils nés et comment en assurez-vous le développement ?

En Belgique et en France, c’est seule que j’ai lancé et développé le label du vin des Femmes (occasionnellement, je propose une collaboration à des partenaires indépendantes). J’organise des événements avec des invitées médiatisées, des jurys d’amatrices/consommatrices, des soirées « women only » ou encore des « wine battle ». J’ai une « communauté » qui suit ma page Facebook (plus de 2000 followers), un compte Instagram (1500 abonnés) et un site internet sur lequel je promotionne les vins et vigneron.ne.s de qualité (culture raisonnée, bio et biodynamie). En Suisse, j’ai délégué le label à une vigneronne.  Pour la Bière des Femmes, même si je chapeaute toujours le concept, je l’ai aussi confié en grande partie à une collaboratrice indépendante.

Durant la crise du Covid, ces deux concepts vous ont permis de valoriser les producteurs belges, expliquez-nous :

La crise actuelle s’est répercutée très vite (même déjà avant le confinement) sur mes diverses activités professionnelles.

Grâce à l'un de mes labels (Le vin des Femmes) avec la collaboration d'un partenaire et d'une vigneronne, mardi 12 mai, 17 femmes choisissaient, en toute sécurité chez elles, parmi deux bouteilles, leur coup de cœur. Cette première dégustation « on line », associée à un chocolat belge, a été un succès ! Toutes les participantes ont adoré les vins, les chocolats (livrés à domicile) et cette expérience unique ! 

Pour ce faire, l'idée était de réunir en "direct" 17 femmes à heure fixe derrière leur ordinateur et qui dégustaient en même temps deux vins et du chocolat pour trouver le meilleur accord.

L'objectif (tout comme lors de mes jurys) était aussi de choisir l'un des deux vins comme étant le "coup de cœur", idem avec le chocolat (3 tablettes à déguster) et d'offrir au partenaire vin et à l’artisan chocolatier cette visibilité/possibilité de se faire connaître auprès d'un public cible.

Cet apéro de futur dé-confinement était inspiré par les "jurys féminins" habituels du vin des Femmes. Des communicantes ET consommatrices réunies dans un restaurant pour déguster -à l'aveugle- plusieurs vins, ce qui n'était plus possible. Mais avec les résultats de ce premier apéro-jury en live, afin de continuer à aider, j'ai décidé de m'adapter et de proposer une formule adaptée avec mes labels La Bière et Le vin des Femmes tout en y ajoutant un élément nouveau.

Des apéros-jurys @ home et on-line avec deux vins ou deux bières en accord avec… un produit belge afin de mettre en avant les producteurs de notre pays qui avaient également besoin que les consommatrices ne les oublient pas, qu’elles (re)découvrent toutes les pépites de nos producteurs locaux !

Comme toujours, j'anime ces dégustations (avec la vigneronne si c’est du vin) et une invitée d'honneur (chanteuse, artiste, cheffe, etc.) est conviée à se joindre à 10 femmes.

L'invitée d'honneur et moi-même donnons des "trucs et astuces" pour, par exemple, cuisiner le produit artisanal et quoiqu’il en soit l'associer au mieux au vin ou à la bière élue coup de cœur.

Comment rejoindre un apéro-jury ?

Pour participer à un apéro-jury afin de découvrir deux vins ou bières et un produit belge, rien de plus simple : envoyer un mail à info.comvous@gmail.com en indiquant que vous êtes intéressée par les « apéros-jurys @home ». Vous devez être une femme de minimum 18 ans et vivre en Belgique (Wallonie/Bruxelles).

Vous êtes livrée à domicile du colis (2 bouteilles de vins/un produit belge = 25€ OU 2 bières + 1 produit belge= 15€).

Sur demande, je peux organiser un apéro-jury @home pour un groupe ou un réseau de femmes déjà constitué.

Et si une productrice ou un producteur veut mettre en avant son produit, est-ce qu’ils peuvent vous contacter directement ?

Si vous êtes productrice ou producteurs et que vous souhaitez faire connaître vos produits, vous pouvez me contacter en direct. En échange de 12 mêmes produits (par exemple, 12 bottes d’asperges, 12 boîtes de quinoa, 12 paquets de lentilles, etc.) que vous me livrez, j’organise tous les mois un apéro-jury pour 12 femmes qui découvriront deux vins ou bières en accord avec votre produit (je pars du produit pour trouver le meilleur accord).

Quelle communication mettez-vous en place autour du produit lorsque celui-ci est associé à une bière ou un vin ?

L’événement est créé sur la page Facebook, un mailing est envoyé. Afin de continuer à aider à faire connaître les produits et/ou nouveautés par une nouvelle clientèle (10 femmes + 1 invitée d’honneur qui résident en Wallonie et à Bruxelles), je livre les colis incluant les marchandises avec flyers ou cartes de visite.

Les résultats du "jury" et les photos sont postées sur Instagram, Facebook et les infos sur les produits envoyées via une newsletter (+ de 200 mails) afin d'augmenter encore cette "publicité" gratuite.

 

Infos et contacts :

Muriel Lombaerts

info.comvous@gmail.com

+32 487 92 96 76

www.levindesfemmes.com

www.labieredesfemmes.be

Devenir membre UAW

Suivez l'évolution des prix grâce à notre outil de marchés
Savoir quand commencer vos récoltes grâce à notre outil météo
Nous vous offrons une sécurité juridique grâce à notre syndicat
Tout savoir sur votre secteur grâce à nos actus et notre pleinchamp