« Le but est de garder la mainmise sur le produit afin de garantir un produit artisanal, local et de très bonne qualité »

Je m’appelle Jade Denis, j’ai 29 ans, une petite fille ; avec mon compagnon Thomas Wilmet, nous exploitons une ferme mixte (grandes cultures, BBB et Holsteins), la Ferme de la Béole, à Flostoy. Nous sommes la 4ème génération à occuper les lieux.

C’est en 2016 que j’ai rejoint l’exploitation familiale de la Béole de mon compagnon. De mon côté, j’ai repris le troupeau laitier de mon père dont la ferme est située à Gembloux.

Et puis en 2017, j’ai décidé de me lancer dans la diversification et de produire du beurre et autres produits laitiers. En effet, de moins en moins de fermes proposaient ce produit. Les normes sont lourdes et le travail n’est pas toujours facile. Il n’y a donc presque plus de beurre artisanal en Wallonie. Je propose des beurres classiques : salés et doux, mais aussi des beurres aromatisés, le tout fait de façon artisanale et en phase avec l’agriculture et le bien-être des animaux.

Nous sommes de véritables passionnés de l’élevage et les vaches sont « notre vie ». Jamais nous ne pourrions nous en passer.

Quel a été ton parcours avant de devenir agricultrice ?

J’ai décidé de faire des études supérieures hors milieu agricole dans le but, justement, de voir autre chose. C’est pourquoi mon choix s’est porté sur GRH (Gestion des Ressources Humaines). J’ai terminé mon bac en 2014 et j’ai rapidement trouvé du travail dans le domaine du recrutement. En l’occurrence, je recrutais des contrôleurs de gestion et des comptables pour des clients en Wallonie et à Bruxelles. En même temps, j’ai commencé les cours A à la FJA en soirée. Un an plus tard, j’ai démissionné et je suis devenue aidante agricole dans la ferme de mes parents. J’ai également suivi les cours B en même temps. Ensuite, ne disposant pas des deux années en tant qu’aidante et seulement d’une, je suis passée devant un jury pour qu’il approuve mes compétences et que je rentre dans les conditions pour obtenir les aides de reprises. J’ai pu enfin me lancer le 1er octobre 2016.

Cela fait donc 4 ans que tu t’es lancée dans la diversification, qu’est-ce que cela représente pour toi en termes d’opportunités et de difficultés ?

Notre objectif, grâce à la diversification, c’était vraiment de (re)nouer une relation de confiance avec le consommateur direct (B to C) et de pouvoir échanger ensemble sur l’agriculture, en leur proposant des produits artisanaux de qualité.

Il faut bien sûr prendre en considération que la diversification, ça prend du temps, déjà rien que pour mûrir son projet que l’on doit démarrer de A à Z : recherche, essais de transformations, clients… Cela m’a pris trois ans pour mettre en place mon projet !

Dans ma diversification, je travaille donc en B to C et en B to B, les deux demandent du temps : expliquer notre travail au consommateur et faire comprendre aux revendeurs et restaurants comment nous travaillons.

Pour le B to B, j’ai d’ailleurs dû faire face à une certaine contrainte au niveau de la production du beurre, car mes revendeurs veulent que le goût du beurre soit le même toute l’année ; nous accordons donc une attention particulière à l’alimentation de nos vaches et elles sont suivies par un nutritionniste spécifiquement pour cet aspect goût et afin qu’il soit le même toute l’année.

Comme plus de 30% de ma production de beurre est vendue en B to B, j’ai aussi un gros cahier de charges à respecter en termes administratifs et sanitaires (AFSCA), de même que pour la maîtrise de la qualité.

Ta gamme de produits s’est développée aussi ?

Oui, en plus du beurre, je propose de la crème fraîche (50%) pasteurisée en pot, du lait cru en bouteille, de la maquée, du yaourt et à partir de mars 2021 j’ai développé la glace.

En parlant de glace, tu as un nouveau projet qui se concrétise ?

Oui, nous allons ouvrir un glacier, « Ça passe Cream » dans la Grand’Rue de Gembloux ! Cela faisait longtemps que la ville voulait qu’un glacier s’installe. Originaire de Gembloux, j’ai donc voulu me lancer !

Le concept est le suivant : salon de dégustation, magasin de produits laitiers issus de la ferme et fournisseur de douceurs glacées toute l’année. De quoi faire plaisir et se faire plaisir. Ce lieu sera dédié à toutes et tous et se veut être un endroit chaleureux, de rencontres, d’événements et de partage.

Glaces, gâteaux glacés, bûches de fêtes, mignardises, beurres, yaourts, maquées, crème fraiche, lait, …Vous pourrez tout y acheter !

Le lieu se composera d’une salle destinée à la vente des produits et d’un espace détente qui donnera la possibilité de déguster et/ou de boire un verre. Vous aurez également l’opportunité de réserver des espaces pour vos évènements privés. De plus, ponctuellement, des évènements publics seront organisés (concerts, expositions, dégustations, cours divers, …). Ouverture le 15 décembre.

Comment décrirais-tu ton métier et quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer en agriculture ?

Dans mon métier aujourd’hui, je dois évoluer en permanence, par rapport aux clients, par rapport à la situation économique… On ne peut pas rester sur ses positions, on doit ouvrir notre esprit et arrêter de dire « on fait comme ça parce qu’on a toujours fait comme ça », ce n’est plus possible aujourd’hui…

Il faut évoluer, comprendre les autres, se remettre en question, expliquer ce que l’on fait, ce rapport à la citoyenneté est super important pour moi ! Bien sûr il y a des critiques mais 95% des retours sont positifs et motivants.

Devenir agriculteur(trice), ce n’est pas un métier, c’est une vie : c’est comme devenir parent, on se lance dans quelque chose et on doit se donner sans compter.

 

La ferme de la Béole Ca passe Cream

béole

Béole, 12

5370 Flostoy

0477 39 60 69

ferme.labeole@gmail.com

https://www.fermedelabeole.be/

Facebook : Fermedelabeole

cream

 

Grand’Rue, 51

5030 Gembloux

Facebook : Ca-passe-Cream

 

Devenir membre UAW

Suivez l'évolution des prix grâce à notre outil de marchés
Savoir quand commencer vos récoltes grâce à notre outil météo
Nous vous offrons une sécurité juridique grâce à notre syndicat
Tout savoir sur votre secteur grâce à nos actus et notre pleinchamp